L’instabilité de Stalker