Chiaradonna, R. (2017). Théologie et époptique aristotéliciennes dans le médioplatonisme: La réception de Métaphysique Λ. In G.G. Baghdassarian F. (a cura di), Réceptions de la théologie aristotélicienne D'Aristote à Michel d'Ephèse (pp. 143-157). Louvain-la-Neuve : Peeters.

Théologie et époptique aristotéliciennes dans le médioplatonisme: La réception de Métaphysique Λ

CHIARADONNA, RICCARDO
2017

L’article est consacré à la réception de la théologie d’Aristote dans le platonisme avant Plotin et vise à montrer les conclusions qui suivent. (1) Il n’est pas tout à fait plausible de voir dans le Didaskalikos d’Alcinoos un témoin de l’enseignement platonicien typique dans les écoles du IIème siècle. En ce qui concerne la théologie, Alcinoos semble représenter une situation plus proche de celle de Plotin que de celle d’Atticus et même de Numénius. Ce n’est que chez Alcinoos que nous trouvons un véritable exemple de platonisme aristotélisant en théologie, c’est-à-dire, d’un platonisme qui englobe les doctrines les plus caractéristiques d’Aristote et dans lequel on perçoit la connaissance directe des traités d’Aristote. On propose donc une datation plutôt tardive du Didaskalikos, à situer entre Alexandre et Plotin. (2) Les indices assez fragiles que nous avons suggèrent qu’il y a eu, effectivement, une réception de la théologie d’Aristote avant Alcinoos à partir peut-être d’Eudore et de son cercle, mais cette réception a très peu (voire rien) à voir avec ce que nous trouvons chez Alcinoos et chez Plotin. On y attribuait à Aristote une «époptique», c’est-à-dire une doctrine des principes intelligibles de type platonisant ou pythagorisant, mais aucune référence n’était faite aux théories les plus typiques et complexes d’Aristote, qui joueront un rôle capital chez Alcinoos et chez Plotin. (3) Par conséquent, le cadre traditionnel, qui lie étroitement la doctrine théologique du médioplatonisme à la théologie d’Aristote (et notamment à la doctrine de la pensée auto-réflexive), se révèle comme peu plausible. Il est plus probable que l’assimilation de Métaphysique XII ait eu lieu assez tard (peut-être, après l’exégèse d’Alexandre), et que cette situation ait représenté un point de rupture par rapport aux doctrines théologiques plus anciennes. C’est ce que l’on constate avec Alcinoos et, surtout, avec Plotin.
Chiaradonna, R. (2017). Théologie et époptique aristotéliciennes dans le médioplatonisme: La réception de Métaphysique Λ. In G.G. Baghdassarian F. (a cura di), Réceptions de la théologie aristotélicienne D'Aristote à Michel d'Ephèse (pp. 143-157). Louvain-la-Neuve : Peeters.
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11590/312943
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact