Cet article présente des données recueillies par l'étude Platform Europe, menée par l'European Elections Monitoring Center et financée par le Parlement européen. 28 unités de recherche nationales ont participé à l'étude, constituées de 100 chercheurs et spécialistes de près de 50 universités et centres de recherche européens qui, à travers une plateforme en ligne et quatre livres de codes d'analyse quantitative et qualitative, ont collecté et analysé les matériaux électoraux (affiches, publicités télévisées et posts sur les réseaux sociaux) produits dans les 28 pays par les principaux partis politiques et candidats au cours des quatre semaines précédant le vote. Ne pouvant contrôler l'intégralité des principaux réseaux sociaux, l'étude s'est focalisée sur Facebook qui, en dépit de certaines différences entre les 28 nations, est de loin la plateforme participative la plus populaire en Europe, utilisée en 2019 par 340 millions d'internautes sur 700 millions. Les affiches et les vidéos ont été recueillies en contactant les partis et en observant les principaux sites politiques et institutionnels. Par ailleurs, dans chaque pays, sept comptes Facebook officiels des principaux partis politiques ont été suivis en moyenne, ce qui représente un total de 186 comptes. Dans les rares cas où un parti n'avait pas de compte Facebook officiel, ce sont ceux de ses dirigeants ou de son principal candidat qui ont été choisis. En sus de cela, les comptes Facebook de 7 têtes de liste ont été observés. Un robot géré par un petit composant d'intelligence artificielle a recueilli la totalité de plus de 25.000 contenus publiés au cours des quatre semaines par les 193 comptes, en leur affectant une attribution thématique et en fournissant des métriques en temps réel. Les posts ont alors été analysés par les chercheurs, qui ont sélectionné et analysé les 11.419 d'entre eux concernant la campagne électorale pour les européennes. Seuls les posts ont constitué des unités d'analyse, les commentaires n'ayant pas été pris en compte. L'étude s'appuie donc sur une base de données globale de 12.892 matériaux produits pour les élections européennes dans les 28 pays entre le 28 avril et le 25 mai par plus de 400 partis ou candidats. Tous les matériaux, ainsi que la base de données, peuvent être consultés sur le site de l'étude : www.electionsmonitoringcenter.eu

Novelli, E. (2020). European Elections Monitoring Center. Una analyse transnationale de la campagne électorale pour les élections europeenes de 2019.. In N.P. Philippe J. Maarek (a cura di), L'Europe au défi des populismes nationaux. Les communication politique centrifuge des élections de 2019 (pp. 209-227). Parigi : L'Harmattan.

European Elections Monitoring Center. Una analyse transnationale de la campagne électorale pour les élections europeenes de 2019.

Edoardo Novelli
2020

Abstract

Cet article présente des données recueillies par l'étude Platform Europe, menée par l'European Elections Monitoring Center et financée par le Parlement européen. 28 unités de recherche nationales ont participé à l'étude, constituées de 100 chercheurs et spécialistes de près de 50 universités et centres de recherche européens qui, à travers une plateforme en ligne et quatre livres de codes d'analyse quantitative et qualitative, ont collecté et analysé les matériaux électoraux (affiches, publicités télévisées et posts sur les réseaux sociaux) produits dans les 28 pays par les principaux partis politiques et candidats au cours des quatre semaines précédant le vote. Ne pouvant contrôler l'intégralité des principaux réseaux sociaux, l'étude s'est focalisée sur Facebook qui, en dépit de certaines différences entre les 28 nations, est de loin la plateforme participative la plus populaire en Europe, utilisée en 2019 par 340 millions d'internautes sur 700 millions. Les affiches et les vidéos ont été recueillies en contactant les partis et en observant les principaux sites politiques et institutionnels. Par ailleurs, dans chaque pays, sept comptes Facebook officiels des principaux partis politiques ont été suivis en moyenne, ce qui représente un total de 186 comptes. Dans les rares cas où un parti n'avait pas de compte Facebook officiel, ce sont ceux de ses dirigeants ou de son principal candidat qui ont été choisis. En sus de cela, les comptes Facebook de 7 têtes de liste ont été observés. Un robot géré par un petit composant d'intelligence artificielle a recueilli la totalité de plus de 25.000 contenus publiés au cours des quatre semaines par les 193 comptes, en leur affectant une attribution thématique et en fournissant des métriques en temps réel. Les posts ont alors été analysés par les chercheurs, qui ont sélectionné et analysé les 11.419 d'entre eux concernant la campagne électorale pour les européennes. Seuls les posts ont constitué des unités d'analyse, les commentaires n'ayant pas été pris en compte. L'étude s'appuie donc sur une base de données globale de 12.892 matériaux produits pour les élections européennes dans les 28 pays entre le 28 avril et le 25 mai par plus de 400 partis ou candidats. Tous les matériaux, ainsi que la base de données, peuvent être consultés sur le site de l'étude : www.electionsmonitoringcenter.eu
2343207186
Novelli, E. (2020). European Elections Monitoring Center. Una analyse transnationale de la campagne électorale pour les élections europeenes de 2019.. In N.P. Philippe J. Maarek (a cura di), L'Europe au défi des populismes nationaux. Les communication politique centrifuge des élections de 2019 (pp. 209-227). Parigi : L'Harmattan.
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: https://hdl.handle.net/11590/374186
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact