Cette introduction au dossier s’attache d’abord à définir ce que sont ces dubia circa sacramenta : des hésitations sur les conditions de validité d’un sacrement dont l’efficacité est censée permettre l’obtention de la grâce. La multitude des conditions requises est autant d’occasions de doutes dont les ecclésiastiques font part à leur hiérarchie. À partir du XVIe siècle, les doutes sur les sacrements se multiplient sous l’effet conjugué de divers facteurs : le rapport de plus en plus individuel au sacrement et au salut, la profonde remise en cause protestante de l’efficacité sacramentelle et le raidissement de la position de l’Église catholique sur cette doctrine, enfin le nouvel élargissement de la chrétienté qui pose la question de l’adaptation de l’administration des sacrements aux nouvelles conditions géographiques et humaines rencontrées par les missionnaires. Après un bref exposé de l’historiographie la plus récente sur l’administration des sacrements dans le contexte plus large des processus d’évangélisation et de «disciplinamento » social et religieux, l’article analyse également le processus juridictionnel à l’origine de ces dubia circa sacramenta présents dans les archives du Vatican. Ils sont un témoignage de la primauté spirituelle de la papauté qui cherche à se maintenir tout au long de la période malgré le Patronage ibérique sur les missions. À l’issue du Concile de Trente, le magistère romain a tendance à se renforcer et les Congrégations romaines du Concile et du Saint-Office sont chargées de résoudre les difficultés d’application de la réforme tridentine pour tous les lieux de la chrétienté. La congrégation de Propaganda Fide, chargée de l’activité apostolique de la papauté, créée en 1622, devient le destinataire vers lequel affluent les doutes sur les sacrements et les demandes de pouvoir spirituel extraordinaire de la part du clergé missionnaire. La congrégation du Saint-Office maintient néanmoins sa compétence sur la résolution des doutes. L’article vise enfin à souligner les apports principaux des études de cas réunis dans le dossier et notamment la perspective induite par la source ellemême, qui est de penser conjointement les mondes missionnaires et les espaces de la catholicité établie. Ce type de source apparaît ainsi un instrument essentiel pour penser le processus de mondialisation du catholicisme.

Broggio, P., CASTELNAU L'ESTOILE C., D.e., & Pizzorusso, G. (2009). Le temps des doutes: les sacrements et l’Eglise romaine aux dimensions du monde. MÉLANGES DE L'ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME. ITALIE ET MÉDITERRANÉE, 121(1), 5-22.

Le temps des doutes: les sacrements et l’Eglise romaine aux dimensions du monde

BROGGIO, Paolo;
2009

Abstract

Cette introduction au dossier s’attache d’abord à définir ce que sont ces dubia circa sacramenta : des hésitations sur les conditions de validité d’un sacrement dont l’efficacité est censée permettre l’obtention de la grâce. La multitude des conditions requises est autant d’occasions de doutes dont les ecclésiastiques font part à leur hiérarchie. À partir du XVIe siècle, les doutes sur les sacrements se multiplient sous l’effet conjugué de divers facteurs : le rapport de plus en plus individuel au sacrement et au salut, la profonde remise en cause protestante de l’efficacité sacramentelle et le raidissement de la position de l’Église catholique sur cette doctrine, enfin le nouvel élargissement de la chrétienté qui pose la question de l’adaptation de l’administration des sacrements aux nouvelles conditions géographiques et humaines rencontrées par les missionnaires. Après un bref exposé de l’historiographie la plus récente sur l’administration des sacrements dans le contexte plus large des processus d’évangélisation et de «disciplinamento » social et religieux, l’article analyse également le processus juridictionnel à l’origine de ces dubia circa sacramenta présents dans les archives du Vatican. Ils sont un témoignage de la primauté spirituelle de la papauté qui cherche à se maintenir tout au long de la période malgré le Patronage ibérique sur les missions. À l’issue du Concile de Trente, le magistère romain a tendance à se renforcer et les Congrégations romaines du Concile et du Saint-Office sont chargées de résoudre les difficultés d’application de la réforme tridentine pour tous les lieux de la chrétienté. La congrégation de Propaganda Fide, chargée de l’activité apostolique de la papauté, créée en 1622, devient le destinataire vers lequel affluent les doutes sur les sacrements et les demandes de pouvoir spirituel extraordinaire de la part du clergé missionnaire. La congrégation du Saint-Office maintient néanmoins sa compétence sur la résolution des doutes. L’article vise enfin à souligner les apports principaux des études de cas réunis dans le dossier et notamment la perspective induite par la source ellemême, qui est de penser conjointement les mondes missionnaires et les espaces de la catholicité établie. Ce type de source apparaît ainsi un instrument essentiel pour penser le processus de mondialisation du catholicisme.
Broggio, P., CASTELNAU L'ESTOILE C., D.e., & Pizzorusso, G. (2009). Le temps des doutes: les sacrements et l’Eglise romaine aux dimensions du monde. MÉLANGES DE L'ÉCOLE FRANÇAISE DE ROME. ITALIE ET MÉDITERRANÉE, 121(1), 5-22.
File in questo prodotto:
Non ci sono file associati a questo prodotto.

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11590/122559
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact