Monte-Cristo et l’ambivalence de l’argent romanesque