“Et charmer les loisirs d’un Mécène ou d’un prince”. Baudelaire et le mécénat cruel